Chercher un évènement antérieur par     ou par  

Au diable le 5 à 7, la table ronde, la conférence. Reprenons la tradition du Café des Z’Architectes qui amorce sa sixième saison ! Ces rendez-vous décontractés donnent, à dates régulières, l’occasion d’échanger, entre amis, collègues et citoyens, comme on le ferait au bistro du coin.


Le Café des architectes 01 – Saison 06
Architectures outsider… délires marginaux ou sources d’inspiration pour l’avenir ?

Vendredi 28 septembre 2018
Arrivée : à partir de 17h30
Réservation recommandée

En ce mois de septembre, la MAQ fête la rentrée autour du traditionnel Café des Z’A. À cette occasion, elle propose de revisiter les étranges spécimens qui l’ont habitée durant tout l’été afin d’en établir une fois pour toute le caractère naïf… ou pas !

Cafetiers invités :
Caroline Andrieux, directrice de la Fonderie Darling / Jérôme Lemieux-Bouchard, architecte auto-constructeur / Jérôme Ruby, artiste plasticien

Modératrices:
Sophie Gironnay, directrice de la MAQ / Katherine Lapierre, architecte chercheure

Illuminés, reclus, mystiques, anarchistes, révoltés ou simples âmes sensibles sont parmi les auteurs de cet art hors norme que Jean Dubuffet baptise « art brut » en 1945. Lorsqu’elle en cherche un équivalent en architecture, Katherine Lapierre découvre un territoire immense. Aussi abandonne-t-elle la terminologie de Dubuffet pour lui préférer celui d’achitectures outsider. Sa folle compilation pourrait-elle inspirer de nouvelles lignes de conduites chez les professionnels ?

Nos invités, théoriciens et praticiens, artistes et architectes, discuteront de la pertinence du concept et de sa capacité à nourrir le réel, à un moment où il semble urgent de réveiller les esprits et de réinventer les manières de faire ! Mouvement d’auto-construction, architecture participative, habitat collectif… On voit poindre çà et là toutes sortes d’initiatives originales et désireuses de sortir des sentiers battus. Mais peut-on vraiment les apparenter aux courants brut, naïf ou outsider ? Quels seraient alors les liens entre ces réalisations et leurs homologues en peinture ou en sculpture ?

La discussion sera suivie d’une projection du court métrage La maison qui n’est plus une maison. Ce  film, écrit par Bernard Lévy et réalisé par Paul Simon, retrace l’histoire du lieu d’habitation et d’expérimentation picturale du peintre Serge Lemoyne.

—–

Télécharger le communiqué de presse