La MAQ a 20 ans, c’est le printemps ! 

Avec Howard Davies + Dupont Blouin + Benoît Dupuis

La Maison de l’architecture du Québec est fière de célébrer ses 20 ans tout ronds d’existence, en ce joli mai 2021. Pour la circonstance, la MAQ prend d’assaut les espaces du luxueux LIVART, au 3980 rue Saint-Denis, à Montréal ! Du 6 au 30 mai, sur 3200p2 de salles lambrissées ou cathédrale, la MAQ invite donc le public à venir découvrir trois importantes expositions sur le thème Visions d’architectes !

VISIONS D’ARCHITECTES 2001-2021? OUI CAR…!

Depuis sa naissance en mai 2001, en effet, la MAQ s’attache à mettre au jour toute la part de créativité qui irrigue l’architecture, « profession » autant que « premier des Arts ». Et les architectes les mieux inspirés – à l’instar d’un Benoît Dupuis, d’un Howard Davies ou encore de plus jeunes tels Olivier Blouin et Marie-Josée Dupont – ne sont pas rares à développer d’autres disciplines artistiques, par lesquelles leur regard s’instruit et s’affûte. Ce cadre bâti qu’en d’autres circonstances, ils sont appelés à transformer, voilà qu’il devient le support d’une vision du monde intériorisée, particulière à chacun d’eux. L’essence, bientôt, d’une œuvre en soi. 

 

Mémoire d’un dessin : l’œuvre plasticienne de Benoît Dupuis fait l’objet, pour la première fois, d’une importante rétrospective. Un travail exceptionnel de récupération des dessins d’un architecte praticien de longue expérience, qui reconstruit un monde en lui-même, à partir de ses travaux anciens et de ses propres recherches architecturales. Grilles, hachures, portions collées et autres éléments s’ajoutent aux traces d’une autre création plus utilitaire, pour construire, au fond, une nouvelle ville, faite de papier, de texte, de couleurs abstraites… Puis nous renvoyer à la ville bâtie, en un jeu d’échos somptueux où la main, le crayon, le geste, sont maîtres. 

Snapshot City : dans ses captations photographiques, Howard Davies, flâneur impénitent, pointe par clins d’œil et titres percutants, les absurdités involontaires de nos paysages urbains. Son humour un brin sarcastique s’exprime ici, en quelque 150   snapshots, dans des tonalités plus tendres que celles qu’on lui connaît comme co-associé principal de la réputée firme Atelier Big City. Plus tendres, mais non moins comiques ! Commissaire invité : Alain Laforest

Parasites architecturaux : voir ce que les autres ne voient pas, c’est aussi savoir remarquer ce qui a besoin d’être amélioré. Connu pour son travail de photographie architecturale, et ses reportages à succès (tels Moutarde Chou ou St-Tite), l’architecte Olivier Blouin s’attarde ici à un souci que lui et son associée Marie-Josée Dupont aimeraient trouver à remédier : ces fameuses antennes, coupoles, et autres excroissances mécaniques qui défigurent, dans l’indifférence, les plus belles constructions comme les paysages les plus banals. Que faire, qu’en faire? L’installation Dupont et Blouin interpelle, et pose les bonnes questions…

 

En Bonus : Les premières ébauches du roman graphique signé par Tangui Robert, architecte nantais, et François Turcot, poète québécois, dans le cadre de notre 4e Résidence internationale Nantes-Montréal sur sur le thème Villes Ports.

Crédits images dans l’ordre – Mémoire d’un dessin @Benoît Dupuis; Snapshot City @Howard Davies; Parasites architecturaux @OlivierBlouin